Rêve chinois de Disney

Publié le par parcattractions.fr

L’ouverture d’un parc thématique Disney à Hongkong démontre la confiance du groupe Disney en l’avenir de la Chine et de Hongkong.

Bien que la Chine possède une culture très ancienne, la plupart des enfants chinois semblent mieux connaître Mickey Mouse et Donald Duck que les mythes antiques chinois. Comme les enfants des autres pays, ils revêtent de voyager dans le royaume fantastique de Disney.

Le 12 septembre, lors du 50e anniversaire de Disneyland, un cinquième parc d’attraction a ouvert à Hongkong. La compagnie Walt Disney et le gouvernement local attendaient les visiteurs de la partie continentale de Chine et d’autres pays voulant vivre le rêve Disney à Hongkong.

Attraction du marché de Chine

Avec l’attraction produite par les dessins animés de Disney sur les enfants et même les adultes chinois, le gros marché de consommation culturelle de Chine est une tentation irrésistible pour Disney. Deuxième géant des médias mondiaux, derrière seulement Time Warner-American OnLine, le groupe Disney a une raison suffisante pour aspirer au marché chinois.

Le 50e anniversaire de Disneyland à son premier parc à Los Angeles. Photo: Qi Heng

Avant la décision de construire le parc Disney à Hongkong, Shanghai était aussi un des choix. Ville la plus dynamique de Chine, Shanghai possède une réputation mondiale et se situe au cœur de la zone économique du delta du Yangtse -- une des plus riches zones économiques du pays. De plus, sa position géographique facilite les choses aux visiteurs de l’arrière-pays.

Robert Iger, P.-D.G. et président du conseil d’administration du royaume magique Disney admire particulièrement l’énorme marché chinois : « Avec une population de 1,3 milliard de personnes qui deviennent de plus en plus riches et 290 millions d’enfants de moins de 14 ans, la Chine est sans doute un lieu rêvé de Disney. » Iger a visité la Chine à plusieurs reprises et a décidé d’y apporter tous les jouets et films de Mickey Mouse et les journaux pour enfants.

Actuellement, le groupe Disney a ouvert en Chine un millier de boutiques et ce nombre doublera l’année prochaine. En même temps, la Chine importe chaque année des films de Disney ; « Le roi Lion » projeté en 1995 a reçu un accueil très favorable.

Quant aux programmes de divertissement, après la représentation itinérante sur glace à l’occasion du 100e anniversaire de naissance du créateur de Mickey, le groupe Disney lancera cette année trois « histoires de forêts » : Tarzan, The Jungle Book et Lion King.

Parallèlement, pour s’adapter au niveau de consommation du marché chinois, le prix des DVD vendus par Disney en Chine est passé de dix à trois ou quatre dollars ; à cet égard, les amateurs chinois de dessins animés de Disney ont une réaction positive, a dit Stanley Cheung, directeur général de Disney en Chine.

Cependant, le groupe Disney ne se repose pas sur ses lauriers ; il cherche à obtenir une plus large portion du marché chinois. L’objectif du parc Disney en Chine consiste à y remporter le plus grand succès. Le groupe espère que davantage de Chinois collectionnent ses jouets, voient ses films au cinéma, achètent ses DVD, lisent ses livres, regardent ses programmes de TV et portent ses costumes.

Ces désirs sont sans doute un « rêve chinois » aussi merveilleux que les dessins animés de Disney.

Disney « sinisé »

D’après un des concepteurs du Disneyland de Hongkong, bien que ce parc soit un reflet de la culture étatsunienne, il s’attache à satisfaire les clients locaux. On y remarque des bâtiments de style traditionnel chinois et la disposition du jardin chinois. Par ailleurs, la plupart de la vingtaine de restaurants du parc fournissent la cuisine chinoise.

Au parc Disney de Hongkong. Xinhua

Au cours de la construction du parc, selon les coutumes locales, certaines cérémonies traditionnelles se sont déroulées avant la construction de chaque bâtiment. À cet effet, Dennis McAlpine, fondateur et analyste de McAlpine Associates a indiqué : « Disney se rend compte qu’il ne peut imposer la volonté des Étatsuniens ou de Disney à d’autres peuples ; il veut harmoniser le parc au milieu. »

Le groupe Disney espère que le tiers des visiteurs proviennent de la partie continentale et a diminué le prix d’entrée au plus bas niveau de ses cinq parcs afin de répondre à leur capacité de consommation.

Malgré tout, certains accusent Disney d’évincer la culture d’autres nations.

Problèmes du groupe Disney en Chine

Environ un tiers des 16 000 visiteurs du parc Disney le 12 septembre venaient de la partie continentale de Chine, principalement de la province du Guangdong, où une agence de voyage avait organisé le voyage de près de 2 000 touristes. Depuis l’ouverture du tourisme à Hongkong, c’était la plus importante affluence de l’intérieur du pays.

Représentation itinérante sur glace à l'occasion du 100e anniversaire de naissance du créateur de Mickey en juillet 2004 à Beijing. Photo: Liu Yu

Pourtant, diverses régions ont diverses réactions.

Li Jia travaille pour la plus grande agence de voyage de Xiamen. Une des cinq régions économiques spéciales de Chine, Xiamen a un niveau de vie parmi les plus élevés du pays. Selon Li, le 12 septembre, parmi tous les groupes du Fujian qui se sont rendus à Hongkong, un seul est allé au parc Disney.

À Chengdu, une des villes plus développées de l’ouest du pays, 900 personnes vont en groupe à Hongkong chaque semaine. Mais le nombre de voyageurs n’a pas connu de changement évident depuis l’ouverture du parc Disney.

Et à Beijing, l’agence de tourisme de la Jeunesse de Chine a même fait cadeau de billets d’entrée au parc Disney - des invendus -- aux voyageurs du groupe qui voyageait à Macao et à Hongkong entre le 10 et le 12 septembre.

Si le groupe Disney veut conserver une clientèle stable de l’arrière-pays, il doit renforcer la publicité dans la partie continentale de Chine, surtout le nord.

La propagation des produits culturels est considérée comme la mesure la plus efficace par Disney. À cet égard, Disney projette de pénétrer la télévision et de réaliser des émissions avec les institutions concernées de Chine.

Cependant, ce plan se développe mal. La culture Disney n’est pas une culture pure ; elle combine divers éléments et crée une culture de loisir qui permet à tous les pays et nations, quelles que soient la religion et les mœurs, de la recevoir avec plaisir. Cette stratégie culturelle assez réussie non seulement fait la vogue de Disney dans le monde, mais forme aussi un important groupe d’opposants dans divers pays. Beaucoup craignent que l’intérêt des enfants pour les dessins animés de Disney les éloigne de la culture locale.

Deng Qian de l’Institut de culture de l’Académie des sciences sociales de Chine croit que le dessin animé de Disney change beaucoup la culture antique chinoise. Par exemple, « Mulan », réalisé par Disney, ajoute un élément d’amour, ce qui écarte le film de la pensée originale de l’œuvre, dans le but évident d’augmenter les revenus.

Walt Disney avait dit : « Tant que le rêve existera dans le monde, Disney ne s’arrêtera pas. » Pour la compagnie Walt Disney et autres transnationales, c’est le rêve chinois qui incite à persévérer.

Source : Beijing Informations

Commenter cet article