Résultat de l'exercice 2004-2005 de la compagnie des Alpes

Publié le par parcattractions.fr


Exercice 2004/2005 : Chiffre d’affaires : +0,8% à périmètre réel

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe CDA pour l’exercice clos le 30 septembre 2005 s’établit à 375,2 M€, en progression de +0,8% par rapport à l’exercice précédent.

Le chiffre d’affaires réalisé par les domaines skiables (63% du CA total) diminue de 2,9% pour s’établir à 238,0 M€ , l’apport de Serre-Chevalier 1350 (7,5 M€) étant contre-balancé par la mise en équivalence de Courmayeur et Chamonix (-17,7 M€), consolidés globalement et proportionnellement en 2003/2004.

Après un début de saison marqué par les effets défavorables du calendrier des vacances de Noël, le deuxième trimestre (janvier à mars) a enregistré une progression de chiffre d’affaires de près de 7%. Par contre, la fin de la saison d’hiver a connu une activité en net retrait, qui a effacé la progression du premier semestre. Le mois d’avril a été fortement pénalisé par des vacances scolaires de printemps prolongées jusqu’au 8 mai, situation inédite depuis douze ans.

Le chiffre d’affaires des parcs de loisirs s’établit à 136,6 M€, en progression de +7,5% grâce à l’apport des parcs Planète sauvage et Mer de sable. Hors croissance externe, la variation aurait été de +1,7%. Cette évolution s’explique notamment par la rénovation du Dolfinarium des Pays Bas dont le CA augmente de +8,8% malgré une fermeture de six mois pour travaux au cours de l’hiver. A noter les bonnes performances de la Mer de Sable (+11%) de Musée Grévin (+5,6%) et de France Miniature (+5,1%).

Au troisième trimestre (avril à juin), l’activité des parcs de loisirs a souffert d’un calendrier défavorable (week-end de Pâques en mars et jours fériés les week-end) et d’une consommation des ménages en berne. Le quatrième trimestre a connu une forte progression de la fréquentation dans la quasi totalité des parcs, surtout en août (+5% de visiteurs) et en septembre (+10%).


Résultats du Groupe

L’Excédent brut d’exploitation atteint 105,2 M€ soit 27,9% du chiffre d’affaires consolidé : 33% du CA pour les domaines skiables grâce notamment à la contribution de l’activité foncière ; 20,9% pour les parcs de loisirs dont l’EBE progresse malgré des frais de restructuration importants (2,3 M€), grâce à une bonne maîtrise des charges d’exploitation courantes et une contribution positive des acquisitions.

Le Résultat d’Exploitation Opérationnel diminue de 2,5 M€ par rapport à l’exercice 2003-2004, qui avait bénéficié de la plus value de cession de l’activité Ski Shops. La stabilité des autres postes du compte d’exploitation permet au Résultat net part du Groupe d’atteindre 27,0 M€, (7,2% du CA) soit une diminution de 7%.

Un dividende de 1,7€ par action, identique à celui de l’exercice précédent, sera proposé à l’Assemblée Générale devant se tenir le 23 février 2006.

Structure financière du Groupe
L’effort de désendettement réalisé par le groupe au cours de l’exercice 2003-2004 et le bon niveau d’autofinancement de l’exercice (83 M€ en progression de +11,3% par rapport à 2003-2004) permettent à la Compagnie des Alpes de conserver un ratio d’endettement net / fonds propres inférieur à 0,80 malgré un programme d’acquisitions important (Serre Chevalier, Aletsch Riederalp, Planète Sauvage et Mer de sable).

Les perspectives 2005-2006
L’exercice 2005-2006 devrait bénéficier des éléments favorables suivants :
Domaines skiables :
• La livraison de près de 4.800 lits dans les stations du groupe devrait soutenir la croissance. Au 1/12/2005, le nombre de séjours prévus dans les hébergements professionnels des stations du Groupe est légèrement supérieur à celui enregistré pour la saison d’hiver 2004-2005 au 1/12/2004.
• Les négociations sont finalisées pour la prise de contrôle totale de la SEM Serre Chevalier Ski Développement, actuellement détenue à 34% (CA 2005 : 16 M€). Des investissements importants (16 M€) ont été réalisés à Serre Chevalier pendant l’été 2005, qui devraient porter leurs fruits dès cet hiver.
Parcs de loisirs :
• Les jours fériés sont beaucoup mieux positionnés qu’en 2005.
• L’année 2006 est riche en nouveautés : ouverture du Bioscope, un nouveau spectacle au Parc Astérix (les Vikings), la rénovation du Palais des Mirages à Grévin et la montée en puissance des acquisitions de 2004-2005.

La politique de développement
L’objectif de la Compagnie des Alpes est de développer un leader européen des loisirs . Cette politique repose sur :
• La complémentarité des métiers : contre-saisonnalité et division des risques.
• Un potentiel de croissance externe renforcé, notamment dans le secteur des parcs de loisirs.
La poursuite de la mise en oeuvre des synergies au sein des branches et au sein du Groupe. Dans ce cadre, le regroupement des sièges de CDA et Grévin & Cie est programmé pour le premier trimestre de l’année 2006.

La Compagnie des Alpes est un acteur majeur de la production de loisirs en Europe. Elle exploite 29 sites de loisirs dont 14 grands domaines skiables des Alpes (parmi lesquels Tignes, Les Arcs, La Plagne, Méribel) et 15 parcs de loisirs (dont Parc Astérix et Grévin), dans six pays européens : France, Italie, Suisse, Pays Bas, Allemagne et Angleterre. Elle accueille plus de 20 millions de visiteurs par an.

Source : Communiqué de Presse

Publié dans Revue de Presse Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GRODWOHL 31/12/2005 19:31

Nous n'accusons pas Grévin et Cie de vouloir prendre la main sur l'Ecomusée d'Alsace, ni de détourner son public. Néanmoins certains élus sont susceptibles d'avoir cette visée: on peut, en l'absence de réponses précises de la Région Alsace sur ce point, s'inquiéter de la concordance entre l'ouverure prochaine du Bioscope et l'assèchement financier de l'Ecomusée d'Alsace par le Conseil Général du Haut-Rhin et la Région Alsace, co-porteurs du Bioscope, la réalisation d' infrastructures routières lourdes en cours qui enclavent l'Ecomusée au profit du Bioscope, la propension des collectivités à qualifier l'Ecomusée de parc de loisirs, et bien d'autres signes tout à fait inquiétants.

GRODWOHL 15/12/2005 15:42

Nous espérons que la Compagnie des Alpes saura se limiter à la gestion du Bioscope et saura réfréner toute tentation d'absorber l'Ecomusée voisin, musée associatif: cette intention prêtée à Grévin-CDA est de plus en plus insistante et il serait temps de la démentir de la façon la plus formelle.

parcattractions.fr 15/12/2005 16:12

Bonjour,

Qu'entendez vous par "absorber l'Ecomusée" ? "voler" la clientèle ou prendre la main sur l'écomusée ?