Disneyland Paris : La direction veut rallonger le temps de travail

Publié le par parcattractions.fr

Selon la CFDT, la direction d'Eurodisney veut négocier un avenant à l'accord sur les 35 heures de 1999 pour rallonger la durée du travail.


Eurodisney veut revenir sur les 35 heures. La direction a soumis jeudi 12 janvier aux syndicats un allongement du temps de travail et une hausse individuelle salariale de 0,5%, après avoir supprimé en décembre une prime exceptionnelle de 100 euros, a rapporté la CFDT. La direction du parc de loisirs de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) a confirmé qu'une réunion s'était tenue sur le temps de travail et les salaires dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire (NAO).
Selon Pierre Brossard, délégué CFDT, "la direction veut négocier un avenant à l'accord sur les 35 heures de 1999 pour rallonger la durée du travail, en supprimant notamment 10 jours de RTT aux cadres (13 jours au lieu de 23)".
Elle propose également de "faire varier le temps de travail en fonction de la fluctuation des visiteurs, ce qui fait que l'employeur pourra faire travailler les salariés quatre heures certains jours et jusqu'à dix heures les jours de forte affluence, sans compensation", a poursuivi Pierre Brossard.
"Ce n'est pas acceptable", a estimé le responsable CFDT, qui n'avait pas signé l'accord sur les 35 heures de 1999. "Aujourd'hui on envisage de le signer pour pouvoir exercer notre droit d'opposition au cas où", a-t-il ajouté.

Forfait de 15 euros par mois

Concernant les salaires, la direction a proposé "0,5% d'augmentation individuelle", plus un "forfait de 15 euros par mois pour les salariés gagnant moins de 1.400 euros".
"On se moque des partenaires sociaux: on nous demande toujours plus de flexibilité, sans la rémunérer", a-t-il commenté.
"C'était une première réunion; ce ne sont que des propositions", a-t-on souligné à la direction.
Fin décembre, la direction avait supprimé la prime exceptionnelle de 100 euros habituellement versée à chaque fin d'année, arguant que les résultats du parc avaient été négatifs en 2005 et qu'il n'y avait pas eu d'événement exceptionnel.
Plusieurs centaines d'employés d'Eurodisney avaient manifesté le 29 décembre pour protester contre cette décision.
"C'est sûr que les syndicats vont donner des suites à cette réunion", a conclu Pierre Brossard, sans plus de précisions.
Quelque 12.295 personnes (dont 91% en CDI) travaillent au parc de Disneyland Resort Paris.

Source : Le Nouvel Obs

Publié dans Revue de Presse Europe

Commenter cet article