Le "France" : Star d'un parc d'attractions hollandais ?

Publié le par parcattractions.fr

Une dernière tentative pour sauver le «France» de la casse

Un investisseur hollandais souhaiterait en faire la star d'un parc d'attractions près d'Amsterdam.

LA PLUS grande confusion régnait hier autour du sort de l'ex-paquebot France. L'ancien fleuron des transatlantiques français semble en effet condamné à la casse, comme nous l'écrivions dans nos éditions de samedi. Pourtant, les amoureux du paquebot s'accrochent encore à l'hypothèse d'un sauvetage de dernière minute.


Leurs espoirs reposent sur le projet d'un Hollandais, Joop Post, ancien candidat aux élections européennes sous la bannière sociale-démocrate. L'homme d'affaires tenterait de racheter le bateau pour le transformer en hôtel casino à proximité d'Amsterdam. L'ex-France, aujourd'hui Norway, serait ainsi l'attraction principale d'un complexe de loisirs, Amsterdam Maritime Park, d'un coût de 600 millions d'euros.


Clause de vente


Reste qu'il ne sera pas facile de le racheter. Selon nos informations, le Norway aurait effectivement été vendu le 27 décembre dernier par l'armateur malaisien Star Cruise après avoir été entièrement vidé. L'acheteur, qui aurait emporté l'affaire pour 14,6 millions de dollars, serait un courtier indien qui l'aurait lui-même revendu à un casseur, Shree Ram Vessel Scrap Limited, basé à Alang, dans l'Etat du Gujarat en Inde – également chargé de découper le Clemenceau. Hier, ni Star Cruise, ni le courtier, ni le casseur n'étaient joignables.


Le Norway aura du mal à échapper au découpage. D'autant que Star Cruise aurait ajouté au contrat une clause stipulant que le navire ne pouvait être revendu qu'à un chantier de démolition. Selon des proches du dossier, il aurait agi ainsi pour empêcher Joop Post de racheter le bateau après s'être violemment accroché avec des membres de son équipe. Un autre casseur indien, Rajesh Shah, PDG de la société Kumar Steel et qui se présente aujourd'hui comme intermédiaire vis-à-vis d'acheteurs potentiels, affirme toutefois que cette clause serait «négociable».


De leur côté, les autorités portuaires de Port Kelang ont confirmé hier que le bateau ne se trouvait plus dans leur zone de compétence. Il pourrait bien être déjà en route pour les plages du Gujarat. Son dernier voyage.


Source : Le Figaro

Publié dans Revue de Presse Europe

Commenter cet article