Futuroscope: le redémarrage

Publié le par parcattractions.fr

Le parc poitevin, qui rouvre ses portes samedi 4 février, se lance sur le thème, très à la mode, des robots

"C'est la première fois que le Futuroscope", lancé en 1987, donne un thème à sa saison, président de la société d'économie mixte qui gère le parc.


Celui-ci, qui est passé tout près de la faillite en 2002, vise 1,5 million de visiteurs en 2006.

Parmi les 23 attractions figure cette année un "Zoo des robots", avec six robots-animaux exposés pendant plusieurs années aux Etats-Unis et en Asie. Parallèlement, ouvrira en mars un spectacle intitulé "Danse avec les robots". Pour le monter, le parc a acquis pour 7 millions d'euros des robots issus de l'industrie automobile, reconvertis avec une nacelle en manèges avec une mise en musique du chorégraphe Kamel Ouali.   


Le Futuroscope présente également un spectacle avec les chiens-robots japonais de compagnie Aibo. Sony vient tout juste d'annoncer l'arrêt de leur fabrication. Commercialisés depuis 1999, ils se sont vendus à 150.000 exemplaires. On trouve aussi un robot-explorateur et un robot-peintre.

Le parc proposera également à partir d'avril dans l'un de ses sept restaurants un menu "gastronomie du futur" mis au point par Hervé This. Ce physico-chimiste, qui exerce l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), est le maître français de la "cuisine moléculaire".


Initialement créé à l'initiative du Conseil général de la Vienne, l'exploitation du Futuroscope avait été confiée en 2000 au groupe privé Amaury. Deux ans plus tard, le parc, qui cumule alors les pertes, est réintégré dans le giron public, sous la forme d'une société d'économie mixte. Pour expliquer ses difficultés, on invoque un manque de renouvellement de ses attractions.


Selon son directeur, le site, qui totalise 30 millions de visites en 20 ans, entend aujourd'hui se renouveler à un rythme annuel de 20 %. A cette fin, il investit "10 % de son chiffre d'affaires annuel". "Ce renouvellement est obligatoire si l'on veut que les visiteurs reviennent", explique Dominique Hummel. D'après lui, le taux de visiteurs qui reviennent est remonté à 60 %, après avoir chuté à 40% il y a quelques années.


Pour 2007, le directeur a en projet une nouvelle attraction de "réalité augmentée", vue au Japon, associant images virtuelles, sons et lumière, ainsi qu'un spectacle avec les "animaux du futur".

Source : France2

Publié dans Revue de Presse Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article