Le Parc Chlorophylle respire la forme

Publié le par parcattractions.fr

Depuis son ouverture il y a quatre ans, l'année 2005 est la meilleure en terme d'entrées. Ce tourisme profite aussi aux communes voisines qui logent les visiteurs, venant de régions de plus en plus éloignées.
On n'attend plus que les Allemands et les Anglais.

46517 visiteurs. C'est le nombre de personnes que le Parc Chlorophylle a accueilli en 2005. «Ce chiffre représente une augmentation de 16 pc par rapport à l'année 2004», commente José Burgeon, gérant du parc forestier récréatif et pédagogique de Dochamps, sur la commune de Manhay, dans le nord Luxembourg. «Et cela, alors que les statistiques démontrent que le secteur des parcs d'attractions a diminué d'environ 14 pc l'année dernière, hormis celui des parcs naturels qui reste stable» ajoute-t-il.

Avec ce chiffre record, 2005 est la meilleure année depuis l'ouverture du site en 2002, «malgré une conjoncture économique difficile et des conditions climatiques peu propices au développement du tourisme».

Si le parc est accessible à quelques privilégiés depuis une dizaine de jours, c'est officiellement ce mercredi 15 mars qu'il ouvrira ses portes pour débuter la nouvelle saison. Idéalement situés sur le territoire de Manhay, au bord de la E 25, autoroute qui relie Liège au Grand-Duché de Luxembourg, ces 13,5 hectares de massif forestier aménagés attirent principalement les touristes venus séjourner dans les communes voisines que sont Vielsam, La Roche, Durbuy, Houffalize ou encore Erezée. «Notre première clientèle est constituée de personnes qui logent plusieurs jours dans la région, en gîte et en chambre d'hôtes principalement, et qui s'arrêtent une journée en famille dans notre forêt», explique Marie-Thérèse Martin, bourgmestre de Manhay et présidente du Parc Chlorophylle. «Ils représentent plus de 60 pc de nos visiteurs et sont principalement Flamands. L'ouverture de ce parc a donc une énorme incidence sur nos campings et autres logements touristiques ».

Selon la bourgmestre, autant de Francophones que de touristes venus du nord ont franchi la porte de ce site écologique: «50/50! Car de nombreuses écoles wallonnes programment leur excursion chez nous.»

Et entre la passerelle suspendue au milieu des arbres, sa plaine de jeux, les animations en bois et les panneaux didactiques, il y a de quoi faire! Chaque année, le site se dote de nouvelles infrastructures. «Pour cette saison 2006, nous prévoyons des nouveaux modules et des sculptures géantes, un cycle de l'eau avec parapluies et peut-être une traversée dans des arbres retournés», explique Marie-Thérèse Martin. Et le gérant, José Burgeon d'ajouter: «Nous souhaitons surtout élargir notre public et attirer plus de touristes venant des cantons germanophones, de l'Allemagne et du Grand-Duché de Luxembourg. L'Angleterre et les pays scandinaves sont aussi visés.» «Le tout dans le respect de la nature», insiste la bourgmestre.


Source : La Libre Belgique

Publié dans Revue de Presse Europe

Commenter cet article