Macao, le nouveau paradis des investisseurs français

Publié le par parcattractions.fr

L’entreprise française Bouygues participe à la construction d’une Venise en mer de Chine. Ce sera un pastiche de la mythique ville italienne avec canaux, gondoles et une copie du Palais des Doges. La gestion du chantier est assurée par une entreprise locale. Quant au groupe Bouygues, il interviendra par le biais de sa nouvelle filiale, Dragages Macao. L’architecte français Paul Andreu sera le maître d’œuvre du projet d’un parc de loisirs, «Oceanus», lancé par le milliardaire macanais Stanley Ho. Le groupe Suez, présent à Macao depuis 1985, est très actif dans les domaines de l’eau et de l’électricité. Dans les services, l’entreprise JC Decaux a obtenu le monopole de la publicité en extérieur et dans le secteur bancaire, BNP Paribas dispose d’une vingtaine d’établissements. Profitant de l’essor économique de la région, l’industrie du luxe française est elle aussi partie à la conquête de Macao : Louis Vuitton et Hermès ont aujourd’hui pignon sur rue dans la deuxième capitale mondiale des jeux d’argent.

L’engouement des hommes d’affaires français pour cette région administrative spéciale de la Chine est un phénomène relativement nouveau. Mais la tendance est à la hausse, aussi bien dans le domaine des investissements que dans celui des partenariats avec des entreprises locales. Trois ans après sa rétrocession à la Chine, cette ancienne colonie portugaise veut redorer son image. Pour cela, une politique de modernisation et de développement économique a été mise en oeuvre. Les autorités macanaises ont décidé de mettre l’accent sur le tourisme et les affaires plutôt que sur les casinos, afin de rendre l’ex « enfer du jeu » plus fréquentable. Aujourd’hui, l’objectif du gouvernement de Macao est d’ouvrir le marché de cette presqu’île de 465 000 habitants située sur le delta de la rivière des Perles aux capitaux étrangers pour en faire le Las Vegas de l’Asie.

Les promoteurs rivalisent d’imagination pour transformer Macao en terrain de jeu. La future Las Vegas de l’Asie sera construite sur Cotai, une bande de terrain gagnée sur la mer qui s’étend entre les îles de Coloane et de Taipa. L’ensemble comprendra le plus grand casino du monde, un stade de 12 000 places, des hôtels, des centres commerciaux, un centre d’expositions et son coût total est estimé à 15 milliards de dollars. A côté, le milliardaire Stanley Ho va construire un immense un centre de loisirs en forme de navire, l’Oceanus. Coût de l’opération : 20 milliards de dollars. L’architecte français Paul Andreu, qui a déjà réalisé l’Opéra de Pékin, et son collègue japonais Nakanishi Tsuneo sont les auteurs du projet.

Parallèlement, le gouvernement de Macao a mis en place un programme d’investissements sociaux et urbains visant à accompagner cette mutation : des routes, un hôpital pour maladies infectieuses, un grand pont reliant Hong Kong, Macao et Zuhai, l’organisation des Jeux de l’Asie de l’Est, un nouveau terminal de ferries et le lancement d’un projet de métro. Ces projets visent à rendre plus belle la ville dont le simple nom est un tremplin pour l’imagination, comme l’a écrit  Philippe Pons dans son essai sur Macao.

Source : RFI

Commenter cet article