Les parcs de loisirs repartent à la chasse aux visiteurs

Publié le par parcattractions.fr

 

Leur fréquentation stagne. Ils ont investi cette année 150 millions d'euros dans de nouvelles attractions.

 

Mickey et Astérix sont sortis de leur hibernation il y a quelques jours. Le Futuroscope a rouvert dès février et Le Puy du Fou reprend le 23 avril. «Cette année, la tendance est plus que jamais à la nouveauté, souligne Didier Arino associé-gérant de Protourisme. Les parcs de loisirs espèrent relancer la fréquentation qui stagne depuis 2000.» Deux explications à cette atonie. Tout d'abord, la morosité de la conjoncture économique, mais aussi la multiplication de l'offre. Elle est devenue pléthorique au fil des années alors que le budget moyen disponible des ménages stagnait. «Le prix élevé d'une journée dans un parc de loisirs, qui oscille entre 20 et 40 euros par personne, freine le public», met en avant Didier Arino. Dans ces conditions, celui-ci arbitre en faveur de loisirs moins chers, voir même gratuits, comme les spectacles de rue. Le seul moyen de remobiliser les visiteurs est de renouveler les attractions. En 2006, les 280 parcs de loisirs français ont mis les bouchées doubles en investissant 150 millions d'euros, selon les estimations de Protourisme. L'objectif est d'attirer 50 millions de visiteurs, soit 6% de plus que l'an dernier.

 

Disneyland Paris, qui a accueilli moins de 13 millions de visiteurs en 2005, a engagé un plan quadriennal d'investissements de 240 millions d'euros. L'an dernier, il a permis de rénover Space Mountain. Il se terminera en 2008 par le lancement de La tour de la terreur. Pour cette saison, Mickey inaugure Buzz l'éclair, une bataille au rayon laser inspirée du film Toy Story 2. De son côté, le Parc Astérix mise sur un spectacle consacré aux Vikings. L'objectif affiché est de flirter avec les 2 millions de visiteurs, soit 200 000 de plus qu'en 2005.

 

Un immense théâtre de 6 000 m2

 

Quant au troisième parc le plus fréquenté en France, le Futuroscope, avec son show de robots, il compte attirer un quart de visiteurs en plus, soit 1,6 million d'entrées. S'il réussit, il pourrait atteindre l'équilibre pour la première fois de son histoire. En 2005, les pertes s'élevaient à 4,5 millions d'euros.

 

En Vendée, Le Puy du Fou, l'un des sites les plus rentables avec 2,4 millions d'euros de bénéfice en 2005 pour un chiffre d'affaires de 27 millions, voit grand avec sa nouveauté de la saison : Le Mousquetaire de Richelieu. Ce spectacle de cape et d'épée sera donné deux à cinq fois par jour dans une nouvelle salle, un immense théâtre de style XVIIe siècle, grand comme le Zénith de Paris, l'équivalent d'une surface de 6 000 m2. L'investissement, 10,5 millions d'euros, est le plus important jamais consenti par l'entreprise. Si tout se passe comme prévu, le parc vendéen accueillera 1,2 million de personnes. Enfin, le leader du secteur en France, la Compagnie des Alpes – déjà propriétaire du Parc Astérix et du musée Grévin – inaugure le 1er juin son neuvième site français : le Bioscope, situé près de Mulhouse. Un investissement de 32 millions d'euros partagé à parité avec les collectivités locales. Objectif : attirer 400 000 personnes pour visiter ce parc consacré à l'homme et à son environnement.

 

 

 
Disneyland Paris : 12,4 millions de personnes
 
Parc Astérix : 1,8 million
 
Futuroscope : 1,37 million
 
Marineland : 1,3 million
 
Puy-du-Fou : 1,2 million
 

 

 

 

 

Source : Le Figaro

Publié dans Revue de Presse Europe

Commenter cet article