Marineland : le groupe Parques Reunidos favori

Publié le par parcattractions.fr


Le destin de Marineland sera scellé dans quelques semaines. Les rumeurs de cession se font pressantes. Jean-François de Chambrun, actuel directeur, évoque deux candidats : les firmes espagnoles Parques Reunidos et Aspro, qui possèdent déjà des « Marineland », sont très intéressées. La première est donnée comme favorite pour la reprise

Si la Compagnie des Alpes a renoncé à l'achat du Marinland d'Antibes, les firmes espagnoles Parques Reunidos et Aspro, qui possèdent déjà des parcs marins de loisirs, sont très intéressées.

La cession se ferait à un prix inférieur de 60 % à l'estimation de début d'année soit environ 40 ME. Il est vrai qu'entre temps, Marineland à Antibes a subi des déboires. En janvier le créateur du parc marin Roland de la Poype (85 ans) licenciait Mike Riddell son directeur historique.

Un Marineland en situation plus que délicate

Les raisons du divorce (familiales, de gestion ou financière) débouchent sur un recours au prud'homme. Un malheur ne venant jamais seul, un mois plus tard la Cour d'Appel d'Aix ordonne, à la suite d'un recours d'un voisin, la démolition pour non-conformité d'une partie des installations dont le bassin aux requins, l'une des principales attractions.

A cela s'ajoutent des malfaçons sur le grand bassin aux orques qui nécessitent des travaux. Le parc a du réaliser un nouvel émissaire en mer qui va puiser à 70 m une eau plus propre.

C'est donc un Marineland en situation plus que délicate qui va être cédé. Les 300 salariés espèrent que le repreneur apportera les financements nécessaires à la remise à plat de tous les problèmes.

Intérêt pour récupérer les orques ?

Mais selon d'autres rumeurs, le futur repreneur (un des deux Espagnols) aurait annoncé son intérêt pour récupérer les orques et les transférer dans l'un de ses parcs. La capture des orques est interdite dans le monde, et Marineland possède 10 % des orques en captivité dont la valeur par individu est montée à 15 ME.

Reste que le départ des orques et la démolition de certaines installations videraient de son attractivité Marineland. On n'ose ainsi imaginer la fin du seul parc d'attraction de la Côte d'Azur et l'un des seuls zoos marins français capables de rivaliser avec d'autres équipements en Europe.


Parques Reunidos, le favori
Le destin de Marineland sera scellé dans quelques semaines...

Ce groupe exploite déjà 17 parcs de loisirs en Europe dont un aquatique à Valence. Il aurait présenté une offre de rachat de 40 ME prenant ainsi le devant face à l'Anglais Star Parks et son compatriote Aspro avec lequel il pourrait fusionner.
La Compagnie des Alpes qui était intéressée par Marineland préfère reporter ses efforts sur le rachat des 5 parcs dont 4 sous l'enseigne Walibi. Marineland est actuellement sous surveillance du Tribunal de Commerce d'Antibes qui pousse à la cession rapide du parc afin d'éviter à l'automne une délicate cessation de paiement. Ce que réfute la direction du parc qui annonce avoir rétabli la situation financière du parc qui présentait un déficit de 3 ME en 2005.
Toutefois l'arrivée de Parques Reunidos pourrait marquer aussi le retour de Mike Riddell congédié en janvier de son poste de directeur général occupé depuis 25 ans. Il connaît bien les Espagnols et pourrait jouer un rôle de consultant dans la cession. Le feuilleton Marineland est loin d'être fini.

Source : Tourmag.com

Publié dans Revue de Presse Europe

Commenter cet article