La CDA poursuit son ascension dans le secteur des parcs de loisirs.

Publié le par parcattractions.fr


Jean-Pierre Sonois, président du directoire de la Compagnie des Alpes, a présenté hier ses résultats du premier semestre. Une occasion pour le groupe d’exposer la stratégie de la société qui, après la récente acquisition de nouveaux parcs de loisirs, poursuit son développement et sa diversification afin de réduire le risque lié à la très forte saisonnalité de son activité ski.

"Des résultats conformes aux attentes". Le chiffre d’affaires du premier semestre du groupe Compagnie des Alpes, arrêté au 31 mars 2006, s’élève à 235,4 millions d’euros, en augmentation de 8,5% (1,2% à périmètre comparable). "Des résultats qui s’avèrent conformes aux attentes", comme le note le président du directoire, Jean-Pierre Sonois. Le groupe dont l’activité est répartie sur deux métiers, exploitation de domaines skiables et parcs de loisirs, affiche des résultats pourtant contrastés qui s’expliquent par la très forte saisonnalité des activités. Sur le premier semestre, l’activité domaines skiables (93% du CA du groupe sur le premier semestre) progresse de 7,2% en raison notamment d’une hausse des tarifs de la journée skieur alors qu’à périmètre comparable le chiffre d’affaires est en baisse de 0,5%. Côté parcs de loisirs (7% du CA sur le premier semestre), le chiffre d’affaires progresse de 3,7%, mais bondit de 24,3% à périmètre comparable, en raison d’une très bonne fréquentation au mois d’octobre 2005 des parcs Astérix et du Dolfinarium.

Un nouveau relais de croissance au ski. Le 23 mai dernier, la Compagnie des Alpes a procédé à l’acquisition de cinq nouveaux parcs de loisirs dont quatre sous l’enseigne Walibi. Cette acquisition a été effectuée pour un montant de 240 millions d’euros comprenant 70 millions d’euros de dettes financières. Le renforcement de la diversification du groupe vers l’activité parcs de loisirs doit permettre à la société de trouver "un nouveau relais de croissance au ski, de diviser les risques liés à la saisonnalité de l’activité domaines skiables et enfin de disposer de deux métiers qui possèdent des caractéristiques communes", selon Jean-Pierre Sonois. Cette diversification doit également apporter, d’après le président du directoire, des synergies importantes entre les deux activités notamment concernant les frais fixes (contrats d’assurance et d’électricité). Synergies qui pourraient se traduire de manière comptable par un excédent brut d’exploitation supplémentaire de l’ordre de 3 millions d'euros sur deux à trois ans. Jean-Pierre Sonois a en outre évoquer la possibilité d’investir dans un autre domaine d’activité dans le futur. Si pour le moment il affirme que rien de concret n’est à l’ordre du jour, le président avoue regarder de près ce qui se passe aux Etats-Unis dans l'activité du golf.

Rééquilibrer le chiffre d’affaires entre les deux métiers. Le début de la diversification du groupe Compagnie des Alpes a démarré en juin 2002 par l’acquisition du groupe Grévin & Cie. Depuis cette date, le groupe n’a cessé de se renforcer dans ce secteur d’activité en faisant des acquisitions en France comme à l’étranger ( Suisse, Allemagne, Angleterre). Avec l’acquisition de ces cinq nouveaux parcs (dont deux en Belgique, un en Hollande et deux en France), la Compagnie des Alpes devient le numéro deux des parcs de loisirs en Europe. Jean-Pierre Sonois note qu’avec cette diversification consolidée le chiffre d’affaires sera mieux réparti entre les deux métiers. D’ailleurs, la récente acquisition ( cinq parcs de loisirs dont quatre walibi) faite en tout début de saison devrait être relutive dès cette année, selon le dirigeant. Alors qu’auparavant la part ski représentait 63% du chiffre d’affaires annuel, le renforcement récent dans l’activité parcs de loisirs, devrait la faire retomber à 52% diminuant ainsi le risque lié à une mauvaise saison hivernale. Désormais, l’activité du groupe est assurée sur onze mois au lieu de quatre avec la seule saison de ski, ce qui devrait entraîner d’après le président du directoire, sept mois de profit au lieu de trois auparavant.


Source : Boursorama

Publié dans Revue de Presse Europe

Commenter cet article