Projet : Parc du Volcan à la Réunion

Publié le par parcattractions.fr

Offrir à la Réunion son premier parc d’attractions thématique, André Thien-Ah-Koon l’a rêvé, Didier Robert espère le réaliser. Huit ans après la genèse du projet, le Parc du Volcan en est à une étape cruciale. Si les études de marché et le programme des travaux sont d’ores et déjà bouclés, la question du financement dans le cadre du programme régional européen 2007/2013 restera en suspens jusqu’à la fin de l’année.

Dotée d’un parc d’attractions aux allures de Futuroscope, la Plaine-des-Cafres pourrait enfin devenir un pôle économique crucial à La Réunion. C’est du moins ce que semble annoncer Daniel Bulliard, qui collabore au projet de Parc du Volcan de la mairie du Tampon. L’homme parle en connaissance de cause puisqu’il a dirigé pendant de nombreuses années le Futuroscope de Poitiers. Seulement voilà, La Réunion n’est pas la Vienne, et la commune du Tampon n’a pas forcément les moyens de ses prétentions. Le coût prévu du parc a d’ailleurs été revu à la baisse depuis la genèse du projet en 1998. De 65 millions d’euros le budget est passé à 46, en “optimisant le programme”, selon Daniel Bulliard. Si les quelque cinquante hectares du Parc se trouvent légèrement amputés du point de vue des attractions, le terrain restant permettra aux futurs investisseurs privés de développer les capacités d’hébergement de la Plaine-des-Cafres. Pour la mairie du Tampon, ce projet s’inscrit dans une politique de développement économique et social des hauts de La Réunion.

200 000 VISITEURS ATTENDUS SUR L’ANNÉE

Avec plus de 45 % de chômage, la Plaine-des-Cafres serait la première à bénéficier des retombées économiques du projet. La création de quelque deux cents emplois directs et indirects dont une majorité d’emplois de proximité semble être un argument de taille pour soutenir ce projet ambitieux. Du point de vue économique, l’attractivité escomptée de ce Parc permettrait un essor considérable du tourisme efficace, c’est-à-dire lucratif. “Le but de ce projet, c’est de faire en sorte que les gens ne passent plus seulement à la Plaine-des-Cafres, mais qu’ils s’y arrêtent, voire qu’ils y séjournent”, précise Daniel Bulliard. Comment retenir l’attention des visiteurs au point qu’ils restent une journée entière à profiter de l’air parfois glacial des plaines, et ce 180 jours par an ? La recette est simple : prenez d’abord deux salles de cinéma à capacité impressionnante, l’une consacrée au cinéma dynamique, l’autre avec un écran de 300 m2, qui projetteront des films à thèmes variables au fil du temps. Ajoutez-y des attractions de plein air pour les amateurs de sensations fortes, telles que le “Vulcanoglisse”, sorte de montagne russe sur une eau aux couleurs de lave. Car il faut préciser, en risquant le pléonasme, que les attractions du Parc du Volcan s’articulent autour d’un seul et même thème, le volcan. Parsemez ensuite de spectacles vivants, d’une aire de pique-nique et d’un restaurant au bord d’un lac. Terminez par un spectacle à la tombée de la nuit sur ce même lac qui allie son, lumière et eau. La journée est passée sans que personne n’ait eu le temps de s’ennuyer. Une perspective pour le moins divertissante pour un parc qui devrait accueillir selon les études de marché quelque 200 000 visiteurs à l’année, dont 80% de Réunionnais. Le principal point fort de ce projet selon Daniel Bulliard serait sa capacité de renouvellement. “Contrairement à un musée, les attractions à sensations peuvent être vues et revues sans lassitude de la part du public”, argumente-t-il. Si le début des travaux est prévu pour 2007 et l’ouverture du parc en septembre 2009, ce n’est pourtant qu’à la fin de cette année que la mairie du Tampon sera fixée sur l’avenir de son projet. Car sur les 46 millions d’euros de budget, environ 26 millions d’euros de subventions sont espérés dans le cadre du programme Régional Européen 2007/2013.


-  LE PARC DU VOLCAN EN QUELQUES CHIFFRES 50 hectares de terrain communal seront consacrés au parc, dont une partie laissée inoccupée pour de futurs investisseurs privés. Le coût du projet s’élève à 46 millions d’euros, dont 17 financés par la commune du Tampon, et 26 millions attendus de l’Europe. Le Parc du Volcan devrait ouvrir ses portes fin 2009, après trois années de travaux, et ce 180 jours par an, tenant compte des périodes des vacances réunionnaises et métropolitaines et des conditions climatiques. Environ 200 000 visiteurs par an sont attendus, dont 80 % de Réunionnais, pour un bénéfice net prévu de 500 000 euros. Le parking sur le site sera gratuit. L’entrée du parc s’élèvera à deux euros. Les attractions oscilleront entre deux et quatre euros.

Source : Clicanoo

Publié dans Revue de Presse Europe

Commenter cet article