Attractions : le parc Kyriakides s'ouvre

Publié le par BAPST

Cameroon Tribune (Yaoundé)
ACTUALITÉS
7 Juin 2005
Publié sur le web le 8 Juin 2005

By Marguerite Estelle Etoa

Cet espace ludique offre de nouvelles pistes de divertissement.

Dans une sorte de pré, des chevaux broutent tranquillement, en attendant que quelques courageux veuillent bien les monter. Au loin, l'on perçoit des cris, des rires d'enfants, et des bruits d'eau : les tout-petits se baignent dans les deux piscines désormais opérationnelles du parc Kyriakides. En effet, depuis quelques semaines, pour 500 F, les enfants peuvent se baigner pendant une heure, sous le regard attentif d'une surveillante.

Il est vrai que la vue de cet espace ludique donne une impression d'éternel chantier, mais progressivement les attractions commencent à prendre corps. Pour permettre aux enfants d'apprendre le code de la route en révisant la géographie, un circuit inspiré de la Carte du Cameroun a été construit, et fonctionnera très bientôt. Le circuit est constitué d'une dizaine de stations portant des noms de certaines villes du pays. Et une cinquantaine de voiturettes à batterie attend que le circuit soit fonctionnel. Par ailleurs, des balançoires, et des tourniquets sont installés et n'attendent plus que des enfants les occupent. Entre autres divertissements prévus dans ce parc qui se veut dans l'avenir un grand centre commercial avec des boutiques et des stands : une boîte de nuit, un terrain de pétanque, un manège

Pour les promoteurs, le seul problème, demeure le manque de moyens : " J'ai investi près d'un demi milliard dans ce parc de quatre kilomètres, sans jamais rien recevoir de personne. J'ai investi mes revenus mon moindre centime acquis au bout de 58 ans de travail. Seulement, je déplore le manque de soutien et d'aide dans mon projet qui bénéficiera à tout le monde ", déclare Georges Kyriakides, propriétaire. Le parc inauguré en 1997 n'a pas encore atteint la moitié de ses objectifs : " Il reste tellement de choses à faire. Un jour, ce parc sera rétrocédé à l'Etat. Car c'est sa propriété ", ajoute cet homme de 79 ans. Une oeuvre en chantier depuis 12 ans, qui tarde encore à ouvrir définitivement et officiellement ses portes.

Commenter cet article