Attractions : Les parcs tracent leurs sillons

Publié le par BAPST



Zoo, équitation, piscine, jeux divers sont offerts à Yaoundé à travers deux initiatives.

Dès qu'elle a regardé la plaque qui indique le Parc Kyriakides, Hélène, 6 ans, a été tout de suite attirée par ses couleurs chatoyantes. Les tons vert, jaune, rouge et bleus que portent chacune des lettres l'ont séduit. Et une fois que la gamine a franchi l'entrée de ce parc situé dans la vallée de Djoungolo, en contrebas de la Délégation générale à la sûreté nationale, elle a été surprise par les hennissements de Sunny, Sophie, Dorothée, Tintin, quatre des dix chevaux que compte le parc. Elle s’en ira jeter des graines de maïs à Mendies, le seul âne de l'enclos. Pour une première visite ici, la petite élève de la Rosière, est plutôt dégourdie. L'un des trois palefreniers, nous confie que c'est généralement pareil avec les enfants, qui constituent le gros de la clientèle du parc. "Je viens très souvent ici avec ma dernière fille. C'est l'occasion pour moi de me reposer pendant qu'elle s'amuse ", confie une maman croisée au parc, focalisée sur une grille de mots fléchés.

Nous sommes un jeudi, et, contrairement à l'affluence des week-ends et jours fériés, ils ne sont pas venus nombreux. L'entrée du parc est libre, mais les tours à cheval eux le sont pas. C'est pourquoi, Hélène et trois autres fillettes se sont acquittés des 2.000 Fcfa chacune, somme équivalente à quatre tours du parc. Environ huit kilomètres. Elle sont désormais les maîtresses du parc. Elles courent dans tous les sens, sous l’œil attentif du guide. "Nous ne laissons jamais les enfants seuls. Car lorsqu'ils ne sont pas encadrés, un accident est vite survenu", explique Garba, un des guides. Il ajoute que pendant les jours de grande affluence, contenir les enfants n’est pas facile. " Nous recevons souvent une centaine de personnes à ces moments. Vers mi-juillet et pendant le reste des vacances, les visiteurs seront encore plus nombreux ", précise-t-il.


Selon le promoteur du parc, Georges Kyriakides, c'est avec l'argent des ballades à cheval qu'il entretient ses bêtes. Pour leur nutrition et leur hygiène, il a besoin de 500.000 Fcfa tous les mois. Après la ballade avec les animaux dans ce parc de deux kilomètres, Hélène et ses deux copines de circonstance, vont s'amuser qui sur une balançoire, qui sur la glissade ou sur le parterre de sable.

A défaut de faire la course automobile, M. Kyriakides ayant momentanément garer les voitures (chars de guerre, bus, camions, trains...), les petites ne pourrons admirer que les subtilités du relief camerounais casées dans le circuit. La meilleure escale est celle de Kribi où il y a l'océan atlantique, matérialisé par une piscine. Un nouveau hic ! C'est le jour de la grande vidange et la piscine est vide. " Elle est alimentée par l'eau de la source que nous avons découvert dans l'espace qu'occupe le parc. L'eau se renouvelle tous les jours et après une semaine, c'est la grande vidange ", explique le guide. Cette fausse note semble plaire aux messieurs qui sont entrain de livrer une partie de pétanque. En effet, le parc a deux espaces pour la pratique de ce jeu de boules, avec des dimensions olympiques, précise le guide qui commence à fermer ses portes. Car il est déjà 18 h, heure prévue pour la fermeture.

Végétal et animal
Les enfants qui souhaitent une prolongation peuvent toujours se déporter vers le Jardin Zoo-Botanique de Mvog-Betsi. Bien que son heure officielle de fermeture soit également 18h, il arrive que le jardin soit ouvert jusqu’à 20h. L’éclairage du site permettant cette rallonge. Contrairement au parc Kyriakides, il faut débourser 500Fcfa pour une visite non guidé. Si vous tenez à avoir les services d’un guide, un arrangement de gré à gré apporte une solution au problème.


Depuis sa création en 1951, le zoo séduit toujours par la fascination qu’exercent ces animaux gardés dans des enclos sécurisés. On trouve à la fois des primates (mandrills, drills, singes verts, moustacs, chimpanzés, etc.), des reptiles (crocodiles, tortues d’eau douce et les tortues terrestres, vipères, pythons, cobras, varans, etc.), et des mammifères (hyène, serval, nandinie, civette, porcs-épics, gazelles, etc.). Depuis leur arrivée, le lion et la lionne surnommé "Popaul" et "Chantoux" dictent leur loi. Le couple ne se montre au public que quand il le désire et préfère très souvent rester cloîtrés dans l'antichambre. Tous ces animaux sont entourés d’une végétation luxuriante.


Les aménagistes du Jardin Zoo-Botanique de Mvog-Betsi ont pris des dispositions pour joindre l’utile à l’agréable et permettre que les visites ne soient pas écourtées à cause d’un petit creux. C’est ainsi qu’ils ont créé un restaurant-bar. On peut s’y procurer des repas et boissons pour toutes les bourses, des glaces, des pop-corn, des bonbons et diverses friandises pour les enfants. Et puis, il y a le Musée du Zoo qui regroupe certains animaux reconstitués à l’état naturel. Une curiosité que les gens viennent admirer par centaines. Même si selon le guide Issa, une bonne promotion attirerait davantage de personnes.

Commenter cet article