Le monde magique de Disneyland a 50 ans

Publié le par BAPST

 --par Gary Gentile--

AP | 15.07.05 | 20:41


ANAHEIM, Californie (AP) -- Le 17 juillet 1955, un monde féérique sorti de l'imaginaire de Walt Disney devenait réalité. Il y a cinquante ans dimanche, Disneyland ouvrait ses portes à Anaheim, en Californie, inaugurant une nouvelle ère dans l'histoire des parcs de loisirs.
La plaque posée à l'entrée de Disneyland il y a un demi-siècle prévient le visiteur: «Ici vous quittez le monde d'aujourd'hui et entrez dans le monde d'hier, de demain et de l'imagination.»
La proposition de Walt Disney de créer un «parc à thème» consacré à ses personnages avait été accueillie avec scepticisme, le concept étant très éloigné de ce qui se faisait à l'époque aux Etats-Unis en matière de parcs de loisirs.
Mais le succès de Disneyland a dépassé tous les espoirs du père de Mickey, ouvrant la voie à la construction d'autres parcs Disney, en Floride (Disney World), à Tokyo ou encore à Paris (Eurodisney). Au total, on compte aujourd'hui dix parcs Disney dans le monde, sans parler des innombrables parcs à thèmes qui s'inspirent du concept.
Et Disney ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. L'ouverture d'un nouveau parc est prévu en septembre à Hong Kong et un autre devrait voir le jour en Chine, peut-être à Shanghaï, pour profiter de l'émergence d'une classe moyenne dans l'Empire du milieu.
Disney envisage également des parcs plus petits en Corée du Sud, à Singapour et en Australie, qui ne seront pas forcément des copies du Disneyland américain et pourraient être adaptés en fonction des goûts locaux.
Reste qu'aujourd'hui le plus grand défi de Disney pourrait être de séduire une nouvelle génération élevée aux jeux vidéo, qui demande plus d'interactivité dans ses loisirs que n'en offrent la plupart des attractions de Disney. «Presque tout ce que fait Disney est passif, alors que les enfants s'attendent aujourd'hui à ce que tout soit interactif», explique Martin Lindstrom, un expert en marques, qui a été consultant pour Disney.
Lorsqu'il a ouvert en 1955, Disneyland présentait des innovations audacieuses, avec des robots, des hologrammes et des films panoramiques projetés dans des salles circulaires. Quasiment sans égal à l'époque, le parc et son «Royaume magique» suscitait la fascination dans le monde entier.
Au fil des ans, Disney a également fait oeuvre de pionnier en utilisant de nouvelles technologies dans ses attractions, comme «Mission Space» à Epcot (Disney World) en Floride, ou encore le «Space Mountain» du Disneyland d'Anaheim. Mais aujourd'hui, Disney se retrouve en concurrence avec des parcs qui présentent des innovations encore plus époustouflantes.
En outre, il existe aux Etats-Unis d'autres formes de concurrence que les parcs à thème, souligne Bill Coan, ancien de Disney, spécialiste du secteur. «Ce sont les jeux vidéo, 120 chaînes de télé et les centres commerciaux».
Les parcs Disney restent toutefois rentables et leur fréquentation aux Etats-Unis commence à se rapprocher des niveaux enregistrés avant les attentats du 11 septembre 2001.
Le jour de son ouverture il y a 50 ans, Disneyland fut victime de son succès, avec un nombre de visiteurs plus de deux fois supérieur aux estimations et une forte chaleur qui perturbèrent le fonctionnement du parc. Plusieurs attractions durent ainsi être fermées en ce «dimanche noir»...
Au fil des ans, le parc a accueilli des présidents américains et d'autres personnalités. En 1959, le numéro un soviétique Nikita Khrouchtchev s'en était pris aux autorités américaines dans un discours après s'être vu refuser une visite, au motif que sa sécurité ne pouvait être assurée. AP
lma/v/nc

Commenter cet article