Attractions danger

Publié le par parcattractions.fr

Les faits

1.Un premier accident

dans un grand huit...

Décidément, la loi des séries a bon dos ces temps-ci. On ne manquera pas de l’invoquer afin d’expliquer les deux accidents graves qui ont touché coup sur coup deux parcs d’attractions de l’Oise et du Val-d’Oise ces derniers jours. Ainsi mercredi, quatre personnes ont été grièvement blessées, éjectées d’une nacelle d’un manège de type grand huit, dans un parc d’attractions de Saint-Paul (Oise), où onze personnes avaient déjà été blessées sur un autre circuit le 15 juillet. Resté ouvert après l’accident, le parc a ensuite été fermé jeudi par la préfecture de l’Oise, « jusqu’à ce que l’exploitant puisse apporter la preuve que ses autres attractions ne présentent pas de danger pour le public ».

2. ...Et un deuxième dans un « château gonflable »

Après ce premier accident mercredi, le lendemain cinq enfants âgés de 6 à 11 ans ont été légèrement blessés dans l’explosion, pour une raison inconnue, d’un château gonflable du parc d’attractions Aventure Land de Magny-en-Vexin. Souffrant d’hématomes, ils ont été hospitalisés. L’un d’eux a perdu connaissance momentanément après l’explosion. Une enquête a été ouverte à la brigade territoriale de gendarmerie de Magny-en-Vexin pour déterminer les circonstances précises de l’explosion. Là aussi, le parc d, situé à soixante kilomètres au nord-ouest de Paris, est resté ouvert après l’accident.

Les questions

1. Phénomène isolé ou symptôme de réels manquements à la sécurité ?

Un coup d’oeil à la liste des accidents survenus récemment dans des parcs de ce type suffit à répondre à la question. Il ne s’agit en rien d’un phénomène isolé. Au contraire, les accidents semblent récurrents. Le 18 mars dernier, un homme de 46 ans, embarqué dans un manège forain à Rambervillers (Vosges), se tue après que sa tête a heurté un angle vif du bras central du manège. 26 mars : deux garçons de 15 et 14 ans sont éjectés d’une chenille de la Foire aux manèges de Lille. Résultat : de multiples fractures faciales pour l’un d’eux. 9 avril : cinq personnes sont blessées, dont une grièvement, dans une collision entre les nacelles d’un grand huit et un engin de levage au parc de Nigloland à Dolancourt (Aube). 13 avril : une adolescente est grièvement blessée à la tête en chutant d’un manège lors d’une fête foraine à Creil (Oise). 1er août : un garçon de six ans coince sa main sous un gros rouleau dans une « maison hantée » d’une fête foraine à Liévin (Pas-de-Calais). Il est sévèrement atteint...

2. Y a-t-il une réglementation spécifique aux parcs d’attractions ?

Non, aucun texte ne réglemente la sécurité dans les parcs d’attractions au niveau national ni au niveau européen, les contrôles étant effectués par des sociétés privées. Concernant les matériels (manèges, attractions foraines), il n’existe en fait que des normes édictées par les professionnels et contrôlées par eux-mêmes, par le biais de sociétés privées. Une réflexion serait en cours pour faire en sorte que des sociétés (qui resteraient privées) soient agréées par l’État pour effectuer ces contrôles. Quant à la Sécurité civile, elle intervient en amont de l’ouverture d’établissements recevant du public, via une visite de contrôle de conformité. Mais elle n’est pas compétente pour les parcs d’attractions considérés comme des lieux non fermés (en plein air).

Notre conclusion

Clairement, c’est dans le domaine de la réglementation et des contrôles que le bât blesse. On ne peut même pas dire que les règles ne sont pas respectées : il n’y en a pas ! Certes, les parcs d’attractions ne constituent pas à proprement parler un service public. Mais faut-il pour autant laisser au seul bon vouloir des forains le soin d’assurer la sécurité de leurs clients ? Visiblement, cela ne suffit pas. La pilule est d’ailleurs d’autant moins facile à avaler que les pouvoirs publics surveillent l’hygiène ou la qualité des produits alimentaires vendus dans ces parcs. Mais les grands huits eux, personne ne semble s’en soucier. Sauf, bien sûr, quand un drame s’est déjà noué.

Source : Ripostes de l'Humanité

Publié dans Revue de Presse Europe

Commenter cet article