Dubaï : Richesse extrême!

Publié le par parcattractions.fr

Pendant que les automobilistes de partout sur la planète ragent contre les prix de l’essence qui ont doublé en un an, les pays producteurs de pétrole au Moyen-Orient nagent dans les centaines de milliards de dollars. Et ils réalisent leurs rêves les plus extravagants.

Une station de ski alpin en plein désert. Trois îles géantes en forme de palmier créées de toutes pièces au large du golfe Persique. La plus haute tour du monde. Un parc d’attractions huit fois plus gros que Disneyland.

La flambée des prix de l’essence provoque un boom économique complètement fou dans les pays producteurs de pétrole, qui se permettent les projets les plus délirants grâce aux milliards de dollars de l’or noir, vient de constater

Le Journal de Montréal lors d’une tournée aux Émirats arabes unis (ÉAU). Ce petit pays de la péninsule arabique, quatrième producteur mondial de pétrole, symbolise la puissance économique inouïe des États du golfe Persique : plus de 800 gratte-ciels poussent en plein désert dans la seule ville de Dubaï, qui compte un million d’habitants.

C’est la région à la croissance la plus rapide au monde après Shanghai, en Chine. L’économie de Dubaï a grandi de 16,7 % l’an dernier et de 10 % en moyenne depuis 1995, selon les chiffres du gouvernement. La population doit doubler d’ici cinq ans.

Partout, à perte de vue, près de 2 000 grues s’activent jour et nuit dans ce qui est devenu le plus gros chantier de construction de la planète : 15 % de toutes les grues dans le monde se trouvent à Dubaï.

Les projets immobiliers en cours uniquement à Dubaï totalisent plus de 80 milliards de dollars US, selon des analystes.

L’émirat a épuisé à peu près toutes ses réserves de pétrole, mais le cheik local, Mohammed ben Rashid Al Maktoum, a entrepris une diversification de l’économie pour faire de Dubaï la capitale touristique et financière du golfe Persique.

Ça donne les projets les plus démesurés, financés par des investisseurs de partout dans le monde.

Tout un chantier
Démesurés, vous dites ? Une station de ski alpin doit ouvrir ses portes le mois prochain au centre commercial Emirates Mall, dans un désert où la température dépasse 50 degrés Celsius en été.

Cette gigantesque structure de béton et d’acier dresse sa silhouette le long d’une autoroute à 10 voies, cheik Zayed Road, où les Mercedes jouent du coude avec les BMW et les gros Range Rover.

Un peu plus loin sur la même route, plus de 50 grues s’agitent autour de Burj Dubaï, qui deviendra en 2008 le plus haut gratte-ciel de l’histoire. Ce géant de 170 étages, haut de 700 mètres, sera entouré d’un lac artificiel, d’un complexe de 110 tours et du plus gros centre commercial de la planète.

Oubliez les clichés sur le Moyen-Orient, la violence, le terrorisme, les extrémistes religieux : les Arabes du golfe Persique ont la fièvre du magasinage, point final ! Les grandes marques comme Chanel, Dior et Rolex côtoient les Burger King, McDonald’s et Dunkin Donuts.

Comme à Miami
Il n’y a pas qu’au restaurant qu’on se croirait aux États-Unis. Le quartier Jumeirah Beach, sur la rive du golfe Persique, a des allures de Miami avec ses villas art déco pour millionnaires.

Les plages de sable blanc de Jumeirah accueillent des touristes de partout dans le monde. Dubaï a beau voisiner la très conservatrice Arabie saoudite, ici les femmes portent le bikini.

Et l’alcool coule à flots jusqu’aux petites heures du matin dans les dizaines de bars et de restaurants de la ville.

Dubaï prévoit attirer trois fois plus de touristes (de 5,7 à 15 millions) d’ici 2010 grâce notamment à Dubaïland, un méga-parc d’attractions huit fois plus gros que Disneyland. On y verra des dinosaures grandeur nature qui se déplaceront, comme des vrais, grâce à un mécanisme révolutionnaire.

L’aéroport tout neuf, inauguré il y a cinq ans, doit encore tripler en superficie au coût de 4 milliards $. Parce que la compagnie aérienne locale, Emirates, a commandé pas moins de… 45 avions géants Airbus A380.

La cerise sur le sundae, c’est que les Émirats arabes unis n’ont ni taxe de vente ni impôts. Zéro.

Et le litre d’essence vient d’augmenter à 0,40 $.

Avant, c’était 0,33 $…

Source : Canoe.com

 

Commenter cet article