Beloeil expose de bien pâles copies de cire

Publié le par parcattractions.fr

Raymond Devos figure parmi les moins ratés ! Photo Coralie Cardon

Le Musée Grévin n'a pas à craindre la concurrence du château des célébrités inauguré ce week-end à Beloeil. Même si ses concepteurs n'ont jamais eu la prétention de rivaliser avec la prestigieuse institution parisienne, il faut avouer que l'expo moulée par l'ASBL Idée Fixe fait dans l'ensemble bien pâle figure.

De trop nombreux personnages censés faire la fierté du royaume souffrent, c'est un euphémisme, d'approximation faciale ou morphologique. Certains visages sont inexpressifs et manquent cruellement de réalisme au point d'être difficilement identifiables.

Maurane (anorexique), Kim Clijsters (gonflée à bloc) et Cécile de France (à la beauté volée) figurent parmi le tiercé des têtes au carré ! Assis sur les marches d'un escalier, Philippe Geluck semble, lui, avoir pris un sacré coup de vieux. Dans les salons des princes de Ligne, le spectateur a parfois l'impression d'avoir affaire à des sosies ou, pire, à des caricatures !

Malgré un budget de 600.000 euros et le savoir-faire des ateliers de l'Opéra royal de Wallonie, l'expo a visiblement pâti d'une gestation trop courte. En trois mois, le défi artistique était quasi impossible à relever. Un sentiment partagé lors du vernissage par les stars reproduites au travers de cette galerie qui n'arrive pas à épater. Honoré d'en faire partie, Helmut Lotti en a perdu sa voix de... ténor mais pas son humour en découvrant son ersatz, « repêché du canal Albert après un trop long séjour aquatique ! », commentera-t-il.

Quelques mannequins sauvent quand même les meubles : Pascal Duquenne, Marguerite Yourcenar ou encore Toots Thielemans véhiculent une belle authenticité. Cela suffira-t-il à fidéliser la clientèle et à justifier en ces lieux chargés d'histoire la création d'un musée permanent ? Certes, la mise en scène est irréprochable, tout comme le travail des costumiers et la dimension pédagogique de l'expo.

Directeur de l'ASBL organisatrice, Cédric Monnoye demande un peu d'indulgence, histoire que son équipe puisse effectuer les retouches nécessaires. Nous sommes conscients que plusieurs têtes sont à refaire, mais il serait dommage de ne retenir que celles-là.

 Source : Regions.be

 

Commenter cet article